CAHIER n°11

11 mai 2017

Cahier n°11, PUBLICATIONS

PATRIMOINES, vallées des Cabardès, CAHIER n°11 – 2016

Couverture Cahier 11

Sommaire

Regard  sur l’association

Editorial    J.-C. Capéra

Dix ans      M. Picarel

I – Nature et environnement

Le câprier aux magnifiques fleurs   J.-C. Capéra

Le scorpion languedocien, Buthus occitanus, un hôte discret  F .Arabia, D. Vizcaïno

La loutre d’Europe. Des indices en Cabardès   B. Le Roux

C’est dans la forge que l’outil prend forme… le « Grattou »  A. Samama, Ch. Truc

II – Préhistoire et archéologie

La grotte dite « Trou de la Cité » (Lastours, Aude)  M.-E. Gardel

III – Histoire

Saint-Pierre de Vals, une sculpture étrange et délicate   N.-J. Pillet

Le pont de la Seigne, dit le Pont troué   G. Rabaute

Restauration de l’église Sainte-Cécile à Cuxac-Cabardès   P. et Ch. Tarbouriech

De la Montagne Noire au cœur des combats de la Grande Guerre   J.-C. Capéra, G. Chatel

Villeneuve-Minervois pendant la première guerre mondiale  M.-L. et D. Fabrié

En Cabardès, un domaine agricole pendant la Grande Guerre  C. Rives

A Trassanel ou à Montredon, vivre au maquis (1943-1944)   P. Agnel

IV – Culture, livres, gastronomie

Escaisses collectius en Cabardès   A. Roch

La câpre, pour plus de saveur  J.-C. Capéra

Lire les Cabardès  S. Capéra, M. Picarel

Pour en savoir plus

ELARGIR ET ENRICHIR NOTRE REGARD

Chaque année, Cahier après Cahier, la collection s’étoffe, grandit. Les pages

sont nombreuses : une accumulation d’informations, de connaissances, de sujets bien

différents à l’image de nos patrimoines. Un miroir, un révélateur. Alors, l’idée de

faire un état des dix premiers Cahiers s’est imposée sous la forme de tables où les

noms de lieux, de personnes, de sujets seront d’un accès facile… Il suffit d’avoir les

Cahiers depuis le tout début ! Cela sera la surprise éditoriale de cette année.

Un grand merci à tous, aux collectivités qui apportent leur aide à la publication,

aux auteurs qui avec passion nous font découvrir les multiples facettes patrimoniales

des Cabardès, aux membres du comité de rédaction et à nos coordonnateurs vigilants

et exigeants.

En prime, portons un regard sur la genèse de notre association « Patrimoines,

vallées des Cabardès ». Rien de nouveau direz-vous. Peut-être ? Dès le début nous

avons ressenti une adhésion certaine à notre démarche. Reprenons simplement ce

proverbe en langue Bantou sous la plume du narrateur : « Si tu montes, descends,tu

verras le petit comme il est grand » et en quatre mouvements vous saurez tout sur

dix ans de notre association. Les images parlent également.

Nos chemins de garrigue, de vignes révèlent une diversité remarquable qui fait

le caractère, entre autres, de ce territoire. Soulevez une pierre chaude d’été, là,

blotti, s’anime le scorpion languedocien, un hôte discret. Découvrez le long d’un muret

de pierre sèche de magnifiques fleurs inattendues, c’est le câprier, qui se fait ici de

plus en plus rare.

Dans ce pays Cabardès, les massifs calcaires ont une histoire souterraine. Passage

ou abri, le Trou de la Cité dans l’éperon rocheux des châteaux de Lastours, révèle au

Moyen-Age une histoire à écrire. Plus à l’est, la grotte des maquisards à Trassanel,

tristement connue, témoigne du quotidien des résistants pendant la dernière guerre.

Par ailleurs, la Grande Guerre n’en finit pas. Nous suivrons la vie d’un domaine 

agricole du Haut Cabardès pendant l’année 1915, le vécu de cette guerre à Villeneuve-

Minervois. Nous honorerons enfin un jeune étudiant géographe, André David, tombé à

l’assaut d’une crête ennemie, qui a su avec brillance donner une belle image de la

Montagne Noire.

Tous ces thèmes abordés illustrent notre richesse patrimoniale. Au cours des

conférences, au long des rando-découvertes, nous tentons de retrouver des traces

qui sont indices de vie, d’occupations humaines successives de l’espace afin de révéler

l’identité propre de ce territoire, d’écrire une histoire dans le long temps. Plus nous

serons, plus nous aurons d’inter-rogations pour dire et protéger ce qui pourrait tomber

dans l’oubli, disparaître même. La démarche engagée depuis dix ans où le bénévolat

reste le moteur de toutes nos actions permet de mieux saisir ce passé qui participe

alors à la construction de l’avenir, de notre avenir.

C’est un engagement fort à élargir et enrichir notre regard, celui des autres aussi.

A bientôt sur les chemins de nos patrimoines.

Jean-Claude CAPERA

 

Tous les cahiers sont au prix de 8€ pour les adhérents

et 12€ pour les non adhérents

 

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

COMITE DES FETES |
ACO Thorigny |
IPSAD |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | s.o.s. animaux les bleuets
| Un Pas vers toi, adoptions
| U.N.A.A.P.E