LES MOULINS A HUILE

29 mars 2009

Cahier n°03

 …Le procédé d’extraction de l’huile s’appuyait sur deux étapes essentielles : la trituration à sec et le pressage. Dans un premier temps les olives étaient broyées par une meule en pierre de forme cylindrique qui, placée à la verticale, tournait autour d’un axe horizontal. Il s’avérait nécessaire de ramener constamment sous la meule, à l’aide d’une pelle, les olives éparpillées. Après obtention d’une pâte homogène, celle-ci était retirée et placée dans une auge le plus souvent en pierre.

                               scourtin3.jpg 

 Commençait alors une opération délicate dont dépendait la réussite du pressurage : le remplissage des scourtins. Une fois remplis, ces cabas en fibre  à la forme de bérets basques étaient empilés sur un pressoir. On pouvait procéder ainsi à une première pression. L’huile s’écoulait dans une comporte ou une fosse. Cette huile, obtenue à froid, comme celle recueillie sur les parois du récipient contenant précédemment la pâte pouvait prétendre à l’appellation d’huile vierge. D’après le baron Trouvé, « cette huile a plus le goût du fruit, mais elle ne conserve pas si bien ». Après avoir réparti une nouvelle fois la pâte dans les scourtins qui étaient arrosés avec de l’eau bouillante, avait lieu une deuxième pression. Parfois une troisième. A ce stade le marc contenait encore des matières grasses extraites par un quatrième pressurage et utilisées pour l’éclairage et la savonnerie. Cette huile de qualité inférieure appelée huile lampante, était également utilisée dans
la Montagne Noire,  pour le travail de la laine dans « les manufactures de draps »…

 Paul AGNEL 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

COMITE DES FETES |
ACO Thorigny |
IPSAD |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | s.o.s. animaux les bleuets
| Un Pas vers toi, adoptions
| U.N.A.A.P.E